17/03/2005

Cwarmê: résistance linguistique immatérielle

Le cwarmê est immatériellement patrimoine de la Wallonie malmédienne.
Au 19ème siècle, le "wallon" (carnavalesque) fut une ARME d'EXPRESSION qui permettait une RESISTANCE MENTALE (donc, immatérielle) face à l'autorité prussienne instaurée depuis 1815 dans cet ancien territoire de la Principauté de Stavelot-Malmedy (coupé en deux: Stavelot pour la Belgique; Malmedy pour la Prusse).  Ainsi la plupart des anciennes associations qui ont vu le jour sous l'occupation prussienne ont-elles marqué cet attachement linguistique en en y associant principalement la langue langue wallonne et le terme "wallon" dans leur appellation.   Voilà en grande partie pourquoi le cwarmê retrouva un renouveau "festif" dans le courant du 19ème siècle.  Cela explique aussi pourquoi à cette époque le carnaval fut plus actif et productif du côté malmédien que stavelotain.  Il y avait raisons et sujets à réaliser une fête d'opposition "linguistique".
Pour rappel, le carnaval est une sorte de "bouffonnerie" moderne qui permet sous le couvert du masque l'expression de la moquerie, du ridicule, de l'irrévérence, de la satire, du dénoncement des abus,...  Ainsi les Malmédiens l'ont-ils utilisé à un point tel d'en faire une véritable "culture". Mais seuls les Malmédiens comprenaient entre eux leurs actions de résistance "romane".  Cette culture wallonne s'était étendue à tous les groupements ainsi qu'à toutes les festivités.
De bonnes raisons qui ont permis au carnaval de Malmedy de rester de tradition wallonne et nullement francophone.

08:32 Écrit par Nic de T | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.