03/03/2006

"Clac-clac" le hape-tchar...

"Clac-clac le hape-tchar": pas original et enfantin comme titre, me direz-vous !

Oui-oui...  maikèskonsmar !

Le hape-tchar, une autre de mes interrogations qui aboutissent à des conclusions déroutantes.

Mais en attendant, voici la chro-Nic d'un visiteur de passage à Mâm'dî:

"Lorsque j'arrivai dans la ville de Malmedy, je m'aperçu que le centre était fermé à la circulation.  Tout le monde marchait au beau milieu des rues.  Puis je tombai sur un petit cortège animé par une fanfare.  Celle-ci tirait une petite troupe de ce que les Malmédiens appellent de "haguète".  Un personnage coiffé d'un bicorne à plumes d'autruche colorées.  Les haguètes-hommes portent des pantalons et les dames de longues jupes avec une sorte de créneau en échancrure.  Les vestes sont identiques et le dos porte un aigle cousu de paillettes. On rencontre encore l'un ou l'autre masque qui les accompagne.  Il semblerait qu'ils se déplacent en famille et avec de enfants. Mais le plus particulier avec les haguètes, c'est qu'elles agitent un instrument que j'ai compris comme "apechar" et dont le nom me fait croire que c'est sans doute pour attraper des chars, car on en voit garés ci et là dans la ville.  Etonnant car ce "apechar" semble être un instrument de musique, primitif et perfectionné à la fois.  Qui aurait pensé assembler ces morceaux de bois en croisillons pour en faire une sorte de xylophone en accordéon au son sec et unique du "clac-clac" !  Ingénieux ces Malmédiens.  Toutes les haguètes accompagnent la musique à la cadence du apechar.  La technique du clac-clac repose sur la manière de tenir l'instrument. Il faut le prendre par une de ses extrémités pour lui donner une impulsion qui le fera monter tout en se dépliant, puis retombera sèchement en clac-clac.  Très peu de haguètes font également des clac-clac en tenant leur hapechar à deux mains, mais cela leur semble plus difficile à cadencer, surtout chez les plus jeunes.  Ah oui, j'ai vu un autre personnage au visage norci qui faisait des clac-clac en tapant avec un gourdin de tissu sur sa cuirasse écaillée de bois. Puis j'ai quitté la ville." (Nic)

Je tiens à vous montrer qu'à partir d'une texte (ici le mien, qui pourrait être une archive), il faut rester très prudent quant aux généralités qu'on pourrait en tirer et surtout sur ce qui n'a pas été dit.

A vos cahiers: à vous de relever les imprécisions, omissions, erreurs émises par ce voyageur de passage à Malmedy. Quelles généralités serait-on en mesure de tirer? Correspondent-elles à la réalité? 

Voyez la vidéo qui confirmera ma description, et pourtant...

VIDEO « Clac-clac le HAPECHAR »
(La vidéo n'est plus en ligne depuis ce 4 mars)

11:49 Écrit par Nic de T | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.